Stage destiné à toutes les personnes désirant découvrir l’équitation éthologique, quelque (...)
Stage d’Initiation en Ethologie
Pour les cavaliers confirmés. Harmonie et Partenariat !! Que 6 personnes maxi en (...)
Stage COWBOY DRESSAGE
ce stage Multilevel est adressé a tout le monde qui veut commencer à se former en (...)
Stage Ethologie Multilevel

ariane Accueil > Ethologie-Cowboy Dressage > De la théorie à la pratique de l’équitation éthologique > Le travail à terre

Céder et suivre une pression physique

Concept

Céder à un « feel » une pression infime qui soit la plus suggestive possible et non à une action physique contraignante.

Démarche

Si je lui demande de céder, le cheval doit le faire en douceur et sans hésiter. Si ce n’est pas le cas, j’utilise les différentes phases, sans oublier que la phase 1 est un signal, les phases 2, 3, et 4 sont là si le signal n’a pas été perçu.

En action

Déplacement

de l’arrière main

Je vais vers les postérieurs, je fais face à la hanche et je demande une Flexion et je caresse. Je pose la main sur la peau, je me redresse et je demande au cheval de se déplacer. S’il bouge en douceur, je m’éloigne. C’est bon. Si je veux un pas de plus, je le fais en rythme en phase un, puis je caresse pour arrêter.

Je ne tire pas sur la rêne pour déplacer les pieds. Je veux que le cheval comprenne que lorsque je lève la rêne, c’est pour une Flexion. C’est mon corps qui dit aux pieds de se déplacer, pas la rêne.

On peut alors marcher en ligne droite en déplaçant les hanches à l’extérieur pour provoquer un déplacement latéral.

 de l’avant-main

Le début de mon signal direct. Je tiens le licol sous le noeud et je place mon autre main sur la crinière, je demande au cheval de s’incurver puis je tapote, jusqu’à ce que la jambe extérieure se déplace, c’est une rêne directe.

Si je désire deux pas supplémentaires, je me mets en rythme avec la jambe intérieure . Si le cheval est relâché et que son nez est dans la bonne direction, à l’extérieur, ceci se voit dans l’incurvation des côtes, et donc qu’il y a la stabilité émotionnelle.

Si c’est l’épaule qui guide, il est sur la défensive, il se retient en arrière et il ne peux pas croiser correctement. Il va pencher et le mouvement ne sera pas positif.

Si je retourne vers l’arrière main, je déplace le postérieur interne qui croise devant l’autre postérieur. C’est une réponse positive. Si le membre intérieur se déplace derrière l’autre membre, c’est une réaction négative. 1-G-

Reculer

Si je demande un reculer, 10 à 15% du poids du corps doit se déplacer sur l’arrière main, pour cela, il doit lever les épaules pour s’assurer qu’il a bien transférer le poids du corps, il doit rentrer son nez.

Beaucoup de chevaux reculent en mettant leur nez en avant. Ainsi on constate que le poids ne s’est pas transféré et je n’obtiendrai pas une bonne posture. D’abord je demande la souplesse au niveau de son nez, le softfeel, puis, je demande aux pieds de se déplacer et peut-être même de faire avancer mon cheval avec un softfeel.

C’est un beau reculer. L’arrière-main est devenue une partie du reculer.Je sais maintenant que si j’améliore le reculer, j’améliore l’arrêt.

Si je demande à mon cheval de faire un déplacement latéral, est-ce qu’ils’applique pour soulever le dos afin de déplacer ses pieds.

Si je parle d’un cheval de performance je ne ferme jamais les doigts, ils doivent rester ouverts. Si je lui demande de céder il peut baisser la tête, mais ce n’est pas à moi de la pousser. Je crée le désir et le cheval agit. C’est le but pour devenir un bon horseman.

Créer le désir chez le cheval, ne pas le forcer.

Céder à un feel, c’est l’une des tâches les plus importantes pour monter à cheval., C’est surtout ressentir la communication en selle.

centre equestre

 

RSS