Stage destiné à toutes les personnes désirant découvrir l’équitation éthologique, quelque (...)
Stage d’Initiation en Ethologie
Pour les cavaliers confirmés. Harmonie et Partenariat !! Que 6 personnes maxi en (...)
Stage COWBOY DRESSAGE
ce stage Multilevel est adressé a tout le monde qui veut commencer à se former en (...)
Stage Ethologie Multilevel

ariane Accueil > L’ éthologique et Cowboy Dressage > De la théorie à la pratique de l’équitation éthologique > Le travail à terre

Le petit et le grand cercle

 Le cinquième exercice, consiste à faire démarrer mon cheval sur le cercle, et de lui apprendre à l’exécuter, il existe tellement de chevaux qui le font mal par manque de constance car l’exercice n’a pas été structuré.

Il faut lui apprendre à tourner sur le cercle, à être souple sur le cercle. Si le cheval peut s’incurver en engageant son postérieur intérieur sous son ventre, on appelle ceci être droit sur le cercle. Le corps du cheval doit suivre la trajectoire du cercle.

Si le cheval est raide, il n’est pas incurvé sur la trajectoire du cercle. C’est l’épaule qui le guide et par conséquent ses côtes sont à l’intérieur. Nous avons déjà constaté qu’il ne peut pas garder son poids à l’extérieur sans perdre l’équilibre et donc sa puissance.

L’exercice préparatoire consiste à savoir si je peux encourager mon cheval à marcher autour de moi, puis le guider et lui laisser le stick au milieu du dos juste pour indiquer la taille du cercle.

Si mon cheval fait un pas vers moi et pousse ses côtes vers moi cela m’indique que son corps est mal incurvé. Donc j’abaisse la poignée de mon stick et mets de la pression pour encourager le cheval à placer ses côtes à l’extérieur, je pousse les côtes. Si la rêne est plus courte que le stick, je commence à avoir une Flexion latérale. Le postérieur intérieur se place sur la même trajectoire que l’antérieur extérieur, ce qui prouve que les côtes sont bien à l’extérieur. Et si le postérieur intérieur s’engage, j’obtiens une bonne impulsion et la machoire du cheval devient souple. Si l’arrière main s’engage la machoires’abaisseet le cheval se rassemble.

Si mon cheval n’avance pas je peux lever la poignée du stick et je touche le cheval sur la croupe pourle faire avancer. Toujours remettre le stick au milieu du dos.

Finallement, je vais demander au cheval d’exécuter toute la manœuvre juste avec le licol, le guider, le faire avancer, lui demander un arrêt, lui demander de marcher, de trotter et de s’arrêter encore.

Pour l’arrêter je positionne le stick vers l’arrière main en lui demandant un désengagement. J’aimerais qu’il n’avance pas les épaules. J’aimerais aussi qu’il déplace son postérieur à l’extérieur dans le calme.

Quand je veux un changement de direction, je m’assure qu’il ne craint pas le sticket que je peux le caresseravec. Lorsque je demande à mon cheval de changer de direction, je n’ appuie pas sur l’épaule, j’aimerais qu’il dirige d’abord le bout du nez, puis l’encolure. En faisant un pas en avant, je pointe mon nombril face au cheval. Je maintiens une certaine fermeté dans mes actions. Si je recule, je fais preuve d’une certaine soumission, alors mon cheval en profite et commence à me pousser. En me tenant droit devant lui et en avançant je conserve son Respect. Parfois, nos actions émettent des signaux conflictuels, nous nous devons d’être conscients que nos actions donnent confiance au cheval ou au contraire le rendent méfiant. Il sera toujours attentif à nos faits et gestes qu’il interprètera comme des gestes de soumission ou d’assurance.

Lorsque je mets le cheval en cercle autour de moi, je fais comme si j’étais une horloge. Voici mon horloge, il y a midi, il y a une ligne droite qui traverse le cheval jusqu’à mon nombril. Il y a 3h il y a 6h, il y a 9h.

Si je demande un cercle à main gauche alors, je devrais me positionner de façon à indiquer la direction à mon cheval. Puis je prends le feel, connexion, applique mes 4 phases : guider, lever, swinguer, taper. Guider s’est un feel. Je dois donc m’assurer que je le ressens dans la corde. Guider, lever et mon cheval obtempère. Il vaut mieux ne pas avoir à utiliser les 2 dernières phases, ce qui signifierait qu’il y a problème, une résistance de la part du cheval. Lorsque mon cheval tourne, je suis au bout de la corde et je tiens le cuir.

C’est une rêne freestyle, une rêne freestyle implique que tout aille bien, qu’il ne change pas d’allure, ni de direction, mais lorsque je reprends le feel cela devient une rêne active, ceci indique à mon cheval qu’il doit être prêt pour quelque chose.

Chaque fois que je reprends la reine active, je tourne avec mon cheval. Si je suis en rêne freestyle, je ne bouge pas, je me tiens tranquille au centre et permets au cheval d’explorer sa propre allure.

En reprenant une rêne active, je demande au cheval de s’arrêter en poussant l’arrière main vers l’extérieur. Je ne lui permets pas de s’arrêter trop proche de moi,.j’attends un petit moment et je l’invite à venir au centre.

Maintenant, le cercle à main droite. si le cheval est trop proche, je demande un reculer., Je déplace mon pied à 4h et je le guide avec connexion sur le cercle dans le but d’adopter le freestyle dès que possible. Vous constatez que j’ai piétinais le centre et le cheval a tourné autour de moi où l’on voit les traces du cercle rond. Je ne voudrais pas devoir déplacer le cercle, parce que mon cheval n’apprendrait pas la constance.

Lorsque je lui demande de s’arrêter je le guide, et je désengage l’arrière main. Je lui demande de reculer.

Si ce n’est pas un bon arrêt car le cheval essaie de rentrer dans le cercle, je lui redemande. Rêne freestyle, rêne active, obtenir une meilleure connexion cette fois et désengager l’arrière main. Si ce n’est toujours pas un bon arrêt, je reviens en arrière aux premiers exercices à terre et je vais sortir de mon cercle lorsque je demande au cheval de s’arrêter, je vais lui faire déplacer l’arrière main plusieurs fois. Je reviens à mon exercice du cercle. Je reprends la rêne active en espérant qu’elle sera efficace lorsque je veux l’arrêt.

Cela indique que le cheval était un peu raide dans ses postérieurs, il fallait donc le rééquilibrer. C’est la raison pour laquelle nous sommes revenus aux exercices primaires. Vous pouvez régler la plupart des problèmes en retournant aux exercices de base pour trouver le point de blocage. Ce n’est pas l’ensemble du cheval qui est bloqué, c’est seulement une petite partie qui était bloquée.

J’ai obtenu la base, un bon départ, un bon milieu, et un bon stop.

A présent, parlons des transitions.

Il existe 3 transitions et 2 changements de direction.

La première transition s’appellele guide. Si je veux le faire marcher je passe de la rêne freestyle à la rêne active avec une petite vibration dans la corde, si le cheval fait trop d’effort pour faire plaisir, j’arrange tout, puis je reviens en rêne freestyle, je suis sur une rêne active aussi longtemps que nécessaire. Je récompense avec une rêne freestyle.

La première transition s’effectuait avec une vibration descendante sur le licol qui lui demandait de ralentir avec une action sur le bout du nez.

La transition suivante est un désengagement partiel de l’arrière main. Je dois sentir sa hanche se déplacer vers l’extérieur jusqu’à ce qu’il ralentisse son allure et se mette au pas. Il est préférable de ne pas utiliser le stick, le simple fait de baisser l’épaule devrait être suffisant. C’est donc la deuxième transition.

La troisième transition je guide mon cheval sur le cercle et je mets avec mon bâton l’énergie derrière lui, puis je pose le stick contre mon nombril devant le cheval. Peut-être sans l’aide du stick, peut-être avec pour l’aider à accélérer ou ralentir.

Donc, j’ai 3 transitions bien définies. Et chacun des signaux sont nécessaires pour bâtir mon horsemanship.

Les deux changements de direction. Imaginons que je veuille tourner à gauche et d’un coup à droite.

Je demande à mon cheval de faire un changement de direction par le centre. Alors je reprends la connexion sur le cercle, je le guide, je spirale en reculant, en guidant, et je veux lui changer la direction. Il a déjà la Flexion, reine directe, nouvelle Flexion , nouvelle reine directe et je le fais retourner sur le nouveau cercle. Soyez sûre de spiralez en reculant et ne changer pas de directions avant de voir l’œil extérieur. Sinon le cheval ne peut pas changer de direction.

Mon deuxième changement de direction, le roll back. Je mets mon cheval sur le cercle. J’avance sur son arrière main avec une reine indirecte, une reine directe, reine de support, en combinaison, indirecte, directe, support. Il s’assoit sur ses hanches et part dans l’autre direction. Si le cheval est déjà bien équilibré, je peux me servir uniquement de la reine directe et de support. Il n’était pas assez équilibré. Alors j’ai besoin d’une indirecte, directe et support. Ce changement de direction était bien car elle a utilisé ses hanches. C’est une tâche pour mon cheval de démo mais pas très adaptée pour un jeune cheval

Le cheval n’apprend pas pendant un exercice, il apprend après l’exercice. Quand il a eu le temps qu’il fallait pour réfléchir.

centre equestre

 

RSS